Tour majeure

C’est le centre d’attention de la construction, en raison de son volume et de sa hauteur, saillante par rapport à la ligne de la façade principale.

C’est le centre d’attention de la construction, en raison de son volume et de sa hauteur, saillante par rapport à la ligne de la façade principale. Érigée aux XIVe-XVe siècles, elle est adossée à l’église, près de la place du monastère, de forme rectangulaire.

Édifiée en pierre de taille, sur le parement central de chaque face, avec un enchaînement de stalles aux angles. La tour est divisée en quatre corps par le biais de corniches, le dernier corps s’achevant par des créneaux qui abritent les cloches. La toiture est faite de briques massives posées sur des arcs pointus. Cette tour est caractéristique des fortifications médiévales.

Le rez-de-chaussée a été transformé en sacristie. Son plafond, datant de la fin du XVIIe siècle, affiche une décoration faite de sgraffites bleus et blancs. Au premier étage se trouve un panneau de céramique dédié à Saint Jérôme, sur lequel on peut voir trois des emblèmes identifiant le saint : la grotte, le lion et la coiffe de cardinal. À ces symboles s’ajoutent d’autres plus en rapport avec l’ordre: un livre, une mappemonde et une équerre. Le dernier corps est celui des cloches et présente quatre arcs brisés, un de chaque côté.

La tour est le lieu choisi pour accueillir la pierre tombale fondatrice. Sur cette pierre tombale est gravé le texte en valencien suivant, en lettres gothiques:

«L’honorable Seigneur Don Alfonso, fils de l’Infant En Pere, Duc de Gandia, Marquis de Villena, Compte de Ribagorça et Denia fonda le présent monastère en l’honneur de Dieu et de Saint Jérôme au cours de l’année MCCCLXXXVIII».