Cloître inférieur

Pièce maîtresse de tout ensemble monastique, axe autour duquel sont réparties les différentes dépendances.

Pièce maîtresse de tout ensemble monastique, axe autour duquel sont réparties les différentes dépendances. À Saint Jérôme de Cotalba, on peut trouver quatre galeries à deux étages superposés, la partie inférieure étant contemporaine de la fondation du monastère, aux XIVe et XVe siècles, tandis que les galeries hautes ont été réalisées en plusieurs étapes, entre le XVe et le XVIIIe siècle. Les cloîtres inférieur et supérieur comptent sept voûtes croisées, sur chacune des galeries, plus un pour chaque angle.

Le cloître inférieur présente la particularité que, autant les nerfs des voûtes que les arcs brisés ont été fabriqués à base de briques et de mortier de chaux, à la mode mudéjar, la couleur propre à la brique se mêlant au blanc pour créer un jeu de bichromie qui leur donne un caractère singulier. Les bases des arcs et les clés sont fabriquées en pierre. Il s’agit d’un espace ouvert avec des nervures.

Dans l’angle sud-est on peut observer un escalier particulier hélicoïdal de style gothique valencien flamboyant et, tout près, un espace où l’on remarque la présence d’un cadre, témoin de la place d’une des peintures des Saisons, réalisées par le Père Borrás, les trois autres œuvres étant situées aux autres angles du cloître.

Les quatre galeries forment une cour centrale dénommée Cour des Orangers, où se situe une citerne contenant 24 petites sources, construite à la demande de María Enríquez de Luna, au XVIe siècle, afin de stocker l’eau, ainsi qu’un puits datant de l’origine du monastère.

La décoration végétale de cette cour est constituée d’orangers, d’un dattier de 19 mètres de hauteur et deux plus petits, encadrés de buissons.