Cloître supérieur

Le cloître supérieur, qui date du XVIe siècle, a été construit à la demande de la duchesse de Gandie.

Le cloître supérieur, qui date du XVIe siècle, a été construit à la demande de la duchesse de Gandie, María Enríquez de Luna. Son style architectural est gothique valencien tardif. L’œuvre est attribuée à l’école du célèbre architecte valencien Pere Compte, auteur de remarquables œuvres telles que la « Lonja de la Seda de Valencia » (Loge de la soie de Valence), considérée comme patrimoine de l’humanité.

Dans l’ensemble du cloître supérieur se distinguent ses sculptures gothiques polychromées à l’extraordinaire singularité et valeur artistique. On peut y admirer les voûtes croisées avec les clés et les encorbellements décorés d’anges sculptés portant les instruments de la passion et la mort du Christ, à savoir la couronne d’épines et la croix, que l’on attribue au célèbre sculpteur valencien Damià Forment.

Les anges des encorbellements portent en outre un ruban sur lequel figure est inscrit un verset de la « Biblia Vulgata » (première traduction de la bible de l’hébreu au latin réalisée par Saint Jérôme et autorisée par l’église catholique). Les encorbellements ont été endommagés pendant la guerre civile espagnole. Les vitraux présentent des arcs en accolade.

Au fond, on peut admirer la « Puerta de los Leones » (Porte des lions), ainsi dénommée en raison des sculptures de deux lions encadrant la porte, qui portent les nobles armoiries de la duchesse de Gandie, María Enríquez de Luna. La porte est divisée en deux par un meneau à colonne hélicoïdale et un chapiteau aux ornements végétaux.

Sur les portes se trouvent deux arcs en accolade et, au centre, se trouve la sculpture d’un ange portant également le blason de la duchesse de Gandie. Les moines ont éliminé l’escalier lors de travaux de rénovation réalisés au XVIIIe siècle. Le cloître supérieur a été ouvert au public en mai 2015.